Blogging : La production de soi comme technique relationnelle

Introduction
Acteurs importants sur la toile particulièrement avec l’apparition du concept de
web 2.0, les blogs ont fait une entrée fracassante sur internet en 2003 poussés
par les réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter. L’évolution technologique
et la démocratisation des blogs et des réseaux sociaux en général ont engendré
une évolution des techniques relationnelles vers ce qu’on appelle les
« technologies relationnelles ». Nous allons étudier des articles dans lesquels les
auteurs s’attachent à intégrer au découpage thématique classique servant à
déterminer les différentes typologies des blogs, une dimension plus sociale,
notamment en s’intéressant au public et la place qu’il occupe dans la vie du blog
et nous comprendrons comment, en fonction de certaines spécificités
relationnelles, l’espace public des blogs prend des couleurs, des formes et obéit à
des règles différentes.

1- Explication du succès du blogging
Le blog est un outil bicéphale, savant mélange entre les outils d’auto
publication (site perso) en permettant aux individus d’exprimer des éléments de
leur personnalité et les outils de communication collective (forum). En effet,
cet outil regroupe les fonctions de publication et de communication. « Le blog
permet d’établir un lien étroit entre production identitaire et organisation du
système relationnel ».
On assiste depuis 2007 à l’augmentation exponentielle du nombre de blogs créés,
cette forte croissance s’explique par trois facteurs.
D’une part, créer un blog n’a jamais été aussi facile et rapide. La démocratisation
des créations de blog vient de la simplicité et de la gratuité des outils mis à
disposition de tous pour créer son propre blog.
D’autre part, créer un blog est une démarche personnelle et le développement du
blogging ces dernières années peut s’expliquer par la quête du bloggeur d’une
reconnaissance publique. Un blog est un outil permettant de publier des
contenus en rapport avec son identité personnelle et permettrait donc de flatter
son ego. C’est une dimension très individualiste de la représentation des
motivations du bloggeur qui est corrélée par la montée en puissance d’un
comportement hédoniste.
En troisième lieu, il existe une seconde dimension, relationnelle cette fois. Un
blog permet de créer des interactions entre les individus de différentes façons,
notamment via les commentaires, les échanges de liens, ou encore les citations.
Le blog serait donc un instrument de sociabilité.
Le blog peut-être vu comme un outil permettant aux individus de rentrer en
contact autours de contenus, ces interactions font partie du processus de création
de l’identité sociale.

2- Le blog, un espace de communication spécifique
Un blog est une interface où doivent être savamment dosés identité du
blogueur, contenu des articles et place occupée par le public. La grande

majorité des blogs disparaissent ou sont laissés à l’abandon car ils n’ont pas
réussi à mettre en place une interaction réciproque et durable entre le blogueur
et son public. Or, il n’est pas forcément évident d’attacher le public à son contenu.
D’autant plus que pour garder son audience, il faut une production de contenu
dans la durée. Il faut également obtenir la reconnaissance des autre blogueurs
car le premier public des blogs sont les autres blogueurs. Faire exister son blog
devient alors un travail purement relationnel, c’est une « logique circulaire ». De
plus, le bloggeur se doit de maîtriser les règles de communications propres à ce
milieu.
Une des spécificités du blog est que les communications interpersonnelles sont
majoritairement visibles par tout le monde. Ce qui dénature un peu et entraîne
des changements d’attitude de la part des communicants. L’échange perd donc sa
valeur interpersonnelle et se transforme plutôt en « échange multi-adressé » ; la
notion d’échange dyadique s’éclipse d’autant plus qu’il n’y a pas de contact
physique entre les communicants. On assiste alors à un échange « triangulaire »
avec le public comme témoin. Selon l’auteur, « cette présence d’un tiers lecteur
doit être considérée comme une caractéristique essentielle des blogs, que
les acteurs rendent plus ou moins présente dans leur énonciation. » Le blog
n’est donc pas un espace public classique. Il y a par ailleurs plusieurs notions
d’espace public qui se mettent en place et qui vont se traduire de différentes
façons selon le type de blog : du blog personnel sans public, visité uniquement
par son créateur au blog à forte audience, rédigé par des professionnels ayant de
nombreux commentateurs et dont les articles sont cités par de nombreux autres
blogueur et/ou d’autre médias.
Une autre caractéristique des blogs est que son audience est proactive. Le
mécanisme d’un blog fait que son public est parti prenante de son contenu. Or
pour avoir un public, le blogueur est obligé d’entretenir des « relations
personnalisées » à caractère public. Le blogueur à donc une forte ascendance sur
la composition de son public, notamment grâce à la politique de modération des
commentaires qu’il va choisir de mettre en place. Le blogueur « travaille et définit
souvent le périmètre de son public en s’adressant à une liste de correspondants
personnalisés ou à une catégorie de personnes ».

3- L’identité et le blog
Lorsque l’on consulte des plateformes Web de blogging comme BoingBoing,
Gawker, Techcrunch, boîte à outils ou encore d’autres plateformes, on constate
que celles-ci sont très contrastées sachant que différentes niches sont ciblées.
Pourtant ces plateformes ont des caractéristiques communes comme l’intérêt et
l’originalité des billets, le nombre de publications, une communauté, etc.
Selon quoi, si un blogueur amateur prend exemple sur un blogueur au top du
classement, celui-ci suivra et élaborera un processus d’émulation des normes
pratiques des « blogueurs stars ».
Ces blogueurs situés en haut du classement suscitent un vif intérêt auprès de la
communauté. Les lecteurs visitent généralement ces blogs parce que c’est là
qu’ils retrouvent des réponses pertinentes à leurs interrogations. La
communauté quant à elle est toute aussi importante avec la diffusion de liens et
de scoops qui favorisent et alimentent cette communauté. Les blogueurs doivent
apprendre et se renseigner pour découvrir ce qui est intéressant aux yeux des
lecteurs en encourageant la communauté des lecteurs qui est un aspect essentiel
pour le succès du blog.
L’identité du blog est construite autour de deux types d’identités : l’écrivain et le
web. Dans le cas des plateformes de blogs citées précédemment (Boing Boing,
boite à outils ou encore Gawker Media), la marque du blog surpasse souvent les
contributeurs individuels. Néanmoins, les contributeurs aussi alimentent l’image
et l’identité blog en ajoutant des articles et en contribuant à son développement.
La façon dont ils vont contribuer influera sur l’identité solide ou non du blog.

4- Le leader d’un blog
Parmi les blogs à succès on retrouve souvent un individu qui se différencie des
autres. Il s’agit d’un leader fort qui se démarque de la foule. Armé d’une forte
personnalité, il guide et dirige les groupes collectifs, les écrivains et les lecteurs. Il
fournit également un profond soutien à l’effort collectif dans le maintien de
l’identité et de la communauté. Les blogs individuels ou les blogs gérés par
plusieurs individus qui connaissent un réel succès ont pour la plupart d’entre eux
des attributs solides et des vertus de dirigeant franc-parler. Ce leader prend
également en charge la collaboration efficace de son environnement. Ce leader
n’est pas seulement important pour les écrivains mais il l’est aussi pour les
lecteurs. Les lecteurs réagissent lorsque le chef du blog ou d’un groupe de
blogging est franc et direct. Bien que cette méthode puisse avoir des influences
positives ou négatives sur le blog et les écrivains, un solide leadership est l’un des
principaux acteurs et attributs de succès pour un blog.
Parler les uns aux autres et partager ses propres expériences en s’appuyant sur le
culte de la personnalité est une phase décisive pour tirer le blog vers le haut.
Pour réussir et être efficaces, ces expériences partagées doivent être uniques et
inattendues. L’adhésion à des conversations sur le blog va ainsi influencer les
opinions de beaucoup de lecteurs sur ce qu’ils vont acheter, quels sites web ils
vont fréquenter, les nouvelles technologies auxquelles ils vont s’intéresser etc.
Par exemple l’influence de personnalités comme Louis, Robert et Chris a été
différente sur un même public. Ils interagissent directement sur le choix de la
technologie, de la culture, et sur la façon dont les gens se croisent sur Internet
dans des conditions qui sont souvent inhabituelles et intéressantes.

5- Implication dans le monde réel et notion de « destruction
créative »
Le blogging a fondamentalement changé le paysage de la presse écrite sur la façon dont les médias sont maintenant rédigés et consommés par le public dans de nombreux pays. Internet est devenu un moyen de communication intermédiaire pour beaucoup d’entreprises. Les anciens modèles d’impressions font peu à peu défaut au public qui a tendance à se déplacer vers le contenu en ligne. Les journaux, les magazines ou les sites web statiques ne sont en général pas des communautés d’accueil tandis que les blogs font réagir et sont
dynamiques. Ceux-ci sont vivants, mis à jour et réactifs. Une personne peut s’abonner aux flux RSS pour avoir des informations régulières et pourra également poster ou avoir des avis sur des produits qui les intéressent. (ex : blog de Itunes ou de Amazon). Cette évolution perturbe de nombreuses industries car les consommateurs peuvent maintenant faire ce qui était autrefois impossible et concernait uniquement les critiques de livres, les maisons de disques, les journaux ou encore les magazines. Le second effet négatif intervient avec les
commentaires ou les « posts » pouvant être laissés sur les blogs. Par exemple des employeurs sont tombés sur des blogs personnels de leurs employés alors que s’il s’agissait d’un journal intime, il aurait été introuvable sur la toile. Certains blogueurs ont ainsi perdu leurs emplois, leurs familles et se sont trouvés parfois impliqués dans des situations délicates à causes des informations personnelles qui ont été fournies. D’autres blogueurs ont également été licenciés par leurs  entreprises pour avoir créé un blog sur leur compagnie. Certaines entreprises veulent même interdire à leurs employés le blogging par peur d’avoir des retombées négatives sur leur image. A l’inverse le blog peut être perçu par
l’employeur comme reflétant une personne passionnée, qui aime bien écrire et qui a soif d’entreprendre. Les blogs ont eu une énorme influence sur les entreprises et sur la façon dont les personnes communiquent entre eux. Les entreprises l’ont d’ailleurs clairement compris et les blogueurs doivent également s’intéresser à cet enjeu en faisant preuve d’intelligence pour pouvoir perdurer. Le blogueur doit se rappeler que dès lors qu’il se lance dans le blogging, du monde viendra visiter son blog tels que les amis, les employeurs ou encore la famille. L’internationalisation du lectorat pour un blog fait également partie de la destruction créatrice sur la façon dont l’information est diffusée sur une échelle mondiale. Les gouvernements ont donc mis en œuvre des mesures draconiennes pour filtrer et réduire au silence certains blogueurs. Par exemple en 2009, 41 blogueurs et journalistes ont été mis en prison pour avoir parlé de la « révolution verte » qui s’est produite peu de temps après les élections iraniennes. Pour donner des informations chiffrées, il faut savoir que dans le monde on estime à 300 le nombre de blogueurs incarcérés et à 105 le nombre de
journalistes incarcérés. Les gouvernements agissent sur les blogueurs de la même façon qu’avec les journalistes dès lors que la limite a été franchie. Bien que les employés ne peuvent pas être mis en prison pour avoir créé un blog et divulgué des informations sur l’entreprise, ils peuvent être licenciés ; à savoir que le nombre de licenciements n’a cessé d’augmenter ces dernières années à la suite de création d’un blog par un l’employé. 

6- Longévité et succès d’un blog : le cas SPROUT
 
Des blogs appuyés par des sources de médias peuvent êtres des blogs très compétitifs mais malheureusement de nombreux blogs ne privilégient pas forcément ces fameuses connexions qui permettent de se faire connaitre et d’être visible sur le web. D’autres n’ont pas forcément le temps nécessaire pour mettre à jour leur blog régulièrement à hauteur de trois à quatre fois par jour pendant la durée de vie du blog. Ainsi, la longévité d’un blog se développe également au fil du temps : plus le blogueur rédige d’articles, mieux il se fait connaitre auprès des communautés et plus les internautes liront son blog.



 Pour illustrer la situation, intéressons-nous au cas de « Sprout Widget Maker » :
« Sprout Widget Maker » est une plateforme en ligne qui propose la création de widgets personnalisés pour facebook, twitter, viadeo etc. Lorsque « Sprout Widget Maker » est sorti en ligne, de nombreux blogs ont couverts la nouvelle et ce fut une ruée générale pour obtenir des informations sur internet à propos de ce nouvel outil. Au final, la plupart des blogueurs ont été récompensés en recevant de nombreuses visites et de nombreux commentaires. Un autre internaute à quant à lui eu l’idée de lancer une vidéo détaillant le process pour réaliser un « widget » sur Sprout Widget Maker »,et, cela lui a valu un franc succès également.
Cet exemple illustre bien qu’un blogeur doit beaucoup creuser et rechercher des sources d’informations pour pouvoir rédiger des articles qui vont lui ramener de l’audience et générer de nouvelles idées de créations. Certains blogeurs reprennent donc une information qu’ils ont trouvée sur un autre blog ou sur le web et renvoient directement au lien original de l’article, tandis que d’autres remodifient intégralement la source qu’ils ont trouvée.
Concernant les entrées et les visites sur les blogs, nous pouvons les qualifier de
deux façons.
On recense tout d’abord les visites liées aux mises à jours régulières, c’est-à-dire les blogeurs qui mettent à jour leur blog quotidiennement. Dans un deuxième cas, on retrouve des blogs avec de lourds descriptifs et des informations de masses qui génèrent eux aussi de nombreuses entrées. Certains stratèges étudient également différentes données et statistiques pour avoir le maximum de chances de percer sur le web. Différents outils sont
disponibles pour connaitre les mots clés ou sujets d’actualités qui intéressent
notamment avec la solution de google appelée « Google Tendance » ou « GoogleTrends » en anglais. « Google Trends » permet d’avoir la possibilté de connaître
les mots clés populaires. Malheureusement, cette solution intéresse de près les spameurs qui rédigent des articles sur les sujets d’actualité pour générer des visites sur leur site sans pour autant donner l'information utile qui intéresse l’internaute. Celui-ci croyant trouver le site ou le blog qui l’intéresse va en réalité se retrouver sur un « site poubelle » qui utilise uniquement les mots clés ou expressions populaires pour se faire connaitre et être mieux référencé.

En résumé, pour qu’un blog pérénise et génère un nombre intéressant de visites, celui-ci doit accrocher avec des thèmes ou des histoires qui intéressent le public.

7- Classification des blogueurs
Dan Morrill propose une classification des blogeurs en 3 catégories. Les groupes A, B et C.
Contrairement au groupe A, les groupes B et C sont des groupes de suiveurs prenant exemple sur les blogueurs au top, c'est-à-dire les blogueurs de type A. Les groupes B et C sont classés en fonction de leurs visites quotidiennes ou encore en fonction de la qualité de leur contenu. 


Ci-dessous, voici un exemple de 4 top blogs (groupe A) générant un nombre
conséquent de visites et un contenu riche partageant également leurs opinions
sur les blogs et leurs contenus :

 Ceux qui créent des blogs comme espace publicitaire pour être rémunéré, ceux qui créent leur blog à titre d’expériences. Néanmoins, il réside tout de même des similarités entre ces trois groupes dans la mesure où ils mettent en avant leurs opinions et leurs connaissances devant un public mondial. A cet effet, certains sont capables d’établir de solides liens et de
solides réseaux de blogging sur une marque ou encore sur leur façon d’évangéliser leur récit et de convertir des lecteurs. Pour d’autres, l’exposition de leurs opinions et connaissances peuvent être vouées à un échec complet. Leurs récits et leurs connaissances exposées sur leurs blogs peuvent engendrer l’embarras public, une exposition de soi ridicule ou encore mener devant les tribunaux pour avoir diffusé des articles de blogs illicites ou interdits réglementés par des lois ou décrets.

Les médias classiques tels que la radio, les magazines ou les journaux ont vu apparaître une lourde baisse de leur lectorat sur le web, tandis que les sites internet et les blogs spécialisés n’ont cessé de gagner en popularité. Loin de supplanter les médias traditionnels, les blogs les renforcent et apportent des points de vue frais, des pensées et des articles accessibles par n’importe quel public d’internautes via un simple navigateur web. Néanmoins, les lecteurs de blogs sont assez volatiles et passent régulièrement d’un blog à un autre en fonction de la richesse de l’information et de l’intérêt porté à la publication.
L’efficacité d’un bon blogueur se mesure généralement par :
- sa façon d’écrire,
- la façon dont il rapporte les événements,
- l’écriture d’articles qui intéressent le public,
- l’obtention de nombreux liens sur internet.

A l’heure actuelle, les blogs sont devenus des concurrents sérieux pour les journaux classiques au format papier. Les plateformes de blogging ont développé une nouvelle ère sur la façon dont nous consommons, commentons, apprenons des explications complémentaires sur des questions de la vie quotidienne. Comme pour les abonnements avec les journaux papiers, les internautes peuvent s’abonner aux blogs avec ce qu’on appelle des « flux RSS ». Avec l’abonnement à de tels flux, l’internaute peut être informé instantanément de l’actualité des blogs qu’il suit. Il peut ainsi sélectionner des blogs et suivre ceux qui lui semblent être de qualité et suscitant son intérêt.
Les « flux RSS » peuvent également servir à rassurer l’internaute dans la mesure où il est abonné à un site qu’il connaît parfaitement et en lequel il a confiance. A l’inverse, le fait de saisir une requête dans un moteur de recherche peut avoir des conséquences néfastes dans la mesure où l’indice de confiance et la qualité ne seront pas forcément les critères utilisés pour la recherche de site. Voici des exemples de grandes figures du monde web qui ont utilisé le blogging et qui sont considérés comme étant des leaders et de l’industrie et de véritables pionniers. Ci-dessous Google qui promeut le blogging à travers un article et donne des conseils sous forme de jeux aux blogueurs pour qu’ils soient indexés. Ces différents articles interviennent pour donner des conseils préconisant la marche à suivre pour devenir un bon blogueur.

Sur la page précédente, on voit un article de blog officiel publié par Google le 30 avril 2003 qui a pour but d’aider les blogueurs à indexer leurs pages et de leur permettre d’avoir un bon page rank pour se faire connaitre. L’image ci-dessus résume clairement l’idée où le géant Google marque au fer rouge les individus qui ont fait leur demande d’indexation et qui sont sur le point d’être mis en avant sur la toile et sont validés par les « google bot ».
Google va même jusqu’à citer un exemple réalisé par un étudiant qui a voulu faire une drôle de plaisanterie sur le thème des victoires françaises en suivant les indications fournies par Google à la lettre. Dans un premier temps, celui-ci diffuse le lien de son blog dans les commentaires d’autres blogs pour que ce lien soit régulièrement répété et donc facilement détectable par Google. 

http://brian.carnell.com/
http://www.louisgray.com/
http://techwag.com/index.php/
Dans un deuxième temps, il met en place une page qui ressemble à Google et lorsque l’on
tape le mot clé « french military victories » et qu’on clique sur « i’m feel lucky »(le
bouton google « j’ai de la chance »). A noter que désormais google propose régulièrement et automatiquement des résultats sur des parties de requêtes, ce qui nous empêche de pouvoir cliquer sur le bouton "j'ai de la chance". Celui-ci serait d'ailleurs peut-être amené à disparaitre. Il n'empêche que la requête "french military victories" a fait le tour du blog.
Voici ce que nous avions :




 Google souligne même qu’il a apprécié l’humour de l’internaute et ne l’a même
pas renvoyé vers le bac à sable pour qu’il soit déréférencé.

8 - Les points communs entre les blogs qui ont été couronnés de succès et
ceux qui ont échoué

Lorsqu’un blog commence à être défaillant et lorsque l’échec commence à pointer le bout de son nez, le blogueur se retrouve généralement dans l’embarras et dans la majorité des cas le blog cesse tranquillement d’exister sans que personne ne s’en aperçoive. Ces décès de blogs se comptent par millions dans les archives numériques selon les archéologues numériques.
L’archéologie numérique est un élément important dans le monde du blogging. En effet cette entité est chargée de traiter le trop plein d’informations diffusées sur les blogs en évitant de détourner la réalité et garder des traces historiques de la pure vérité pour pouvoir discerner la réalité de la fiction et garder ainsi des traces réelles et historiques. Les blogueurs quant à eux peuvent raconter une histoire fabriquée de l’histoire ou encore la façon dont ils la perçoivent, ce qui rend difficile le travail des archéologues numériques. Le succès et les échecs imputés lors de la création d’une entreprise sont mis en comparaison avec les échecs et réussites des blogs. Un blog qui n’a pas fonctionné permet d’apprendre et d’éviter les erreurs commises pour la création d’un blog futur pour ceux qui perçoivent le blog comme un modèle économique. Concernant les blogs qui connaissent un réel succès, ceux-ci tirent en général parti des connaissances très spécifiques qu’ils peuvent avoir dans un domaine. Dans la majorité des cas leurs connaissances leur permettent de se rapprocher
d’une marque réputée ou d’une entreprise qui leur offre soutien et récompenses. Le blogueur se verra par exemple attribuer des remises et offres spéciales par l’entreprise et servira également de diffuseur rémunéré pour drainer de la publicité sur son blog. Le modèle adopté avec le parrainage et la publicité permet aux blogueurs d’alimenter leur croissance et leur indépendance.
Les blogs networks disposent de nombreux auteurs professionnels qui guettent la moindre information et les moindres nouveautés dans leur domaine de prédilection. Ils développent également les relations avec la marque et les professionnels ; par exemple la marque les avertit d’un nouveau produit, et, en réaction, ceux-ci vont publier un article de blog avec des actualités fraîches. Pour les blogueurs les plus lus, différentes études et analyses ont déterminées qu’ils étaient issus de formations dans le journalisme ; ce qui leur procurait un net avantage en termes de gestion d’audience, d’écriture, de contrôle de qualité des articles, du développement autour des communautés etc. Ainsi, il est important de bien faire la différence entre les blogs networks et les blogs individuels qui sont rédigés par une seule personne qui n’a pas forcément les mêmes compétences que les personnes à la tête des blogs networks.

9- La modélisation typologique de la relation entre énonciateur et
énoncé

L’auteur détermine quatre configurations pour exprimer la relation entre le blogueur et son blog, et qui permettent de « différencier les formes de coordination par les contenus qui s’opère sur les sites relationnels ».Dans cette configuration, le contenu va permettre à
son auteur de mettre en avant des informations liées à son identité profonde. On va retrouver cette configuration dans les blog perso où l’auteur va se « mettre à nu ». Ce genre de blog très intimiste a une audience vraiment réduite, voir inexistante et va aborder des contenus dans lesquels le blogueur va intégrer des aspects de sa personnalité. Le lien entre
énonciateur et énoncé est très étroit. Ce genre de blog n’a généralement pas besoin d’une grande audience pour exister.
Un blog perso :
http://le-petit-univers-de-lypha.over-blog.com/

Dans cette seconde configuration, l’énoncé va être étroitement lié à la vie du blogueur et à des pratiques quotidiennes comme  les sorties, les loisirs ; sans être aussi intime que la première configuration. L’auteur va moins se mettre en avant et va garder une certaine distance avec le contenu de son blog. Ce genre de blog va avoir besoin d’un minimum d’audience pour exister.
Un blog photographique où l’auteur partage ses clichés
http://blog.photo-scope.fr/
Dans cette troisième configuration, le contenu du blog va représenter une facette de l’identité sociale du blogueur en mettant généralement en avant certaines compétences et qualités du blogueur. Ce genre de blog est généralement très spécialisé est met en évidence
des compétences et connaissances relativement techniques. L’identité du blogueur est très peu présente dans le contenu des articles. L’audience est généralement composée de pairs blogueurs sur la même thématique.

Un blog d’emarketing
http://ludoviclenglet.blogspot.com/
Dans cette dernière configuration, le contenu est complètement détaché de son auteur, qui permet « la profération d’une opinion, d’un jugement ou d’une critique dans un espace public ». 

Un blog de mode
http://miss.potoroze.com/

10- La modélisation typologique de la relation entre le blogueur et son
public

Après avoir mis en évidence les quatre configurations montrant la relation que peut entretenir un blogueur avec son blog, les auteurs distinguent quatre autres typologies mettant en évidence le lien que peut avoir le blogueur vis-à-vis de son public. Avec en troisième acteur de la relation : le contenu. « ce modèle de relation « est qualifié de blackboard par Michel Gensollen ». Il faut savoir qu’un blog « ne repose ni sur le don, ni sur l’altruisme des participants mais, comme dans le cas du système des objets Kula, sur l’échange asynchrone, qui formate un type particulier de relation, durable mais étroitement limitée à l’entretien d’un patrimoine non rival circulant »

1.Dans cette première configuration, « c’est à travers la révélation des intériorités que s’opèrent l’identification et la reconnaissance des blogueurs les uns envers les
autres ». Dans cette configuration, les blogueurs vont rentrer en contact uniquement par le biais de l’intérêt porté à un contenu particulier. Ces contacts vont se limiter aux
sujets traités dans le blog. C’est le cas de ce blog spécialisé dans le référencement où la
discussion se borne au sujet traité par l’article :
 http://www.korben.info



Dans cette seconde configuration, la reconnaissance des blogueurs se fait via des liens créés à travers une mise en commun d’un contenu partagé. C’est le cas de ce blog ou les blogueur écrivent des articles ayant une  thématique commune : Google. Les liens se créent grâce aux articles qui sont mis en commun et partagés sur une seule plateforme.
http://www.goopilation.com

Dans cette troisième configuration, les énonciateurs créent des liens entre eux autours d’une passion commune (communauté de pairs), ce qui leur permet « d’exhiber certaines de leurs compétences ». C’est le cas de ce blog spécialisé dans le référencement où des
liens se créent autour d’un sujet très spécialisé : le webanalytics. Chacun de ces commentaire ou chacun des commentateurs tient un blog spécialisé sur ce thème et va
rajouter son petit grain de sel pour étaler sa connaissance…
http://www.watussi.fr/

Enfin, dans cette dernière configuration, les producteurs de contenu font converger des contenus représentatifs de leurs « jugements et critiques vers des objets du débat
Public ». C’est le cas dans cet exemple où l’article concernant le tremblement de terre au Japon a emmené de nombreuse personnes traitant ce sujet sur leur propre blog à réagir.
http://www.presse-citron.net/

Toutes ces représentations permettent de souligner que le concept de blogosphère n’est pas un « espace continu, étal et homogène », il y a plusieurs formats d’espace publics et différents types de liens qui peuvent lier entre eux les blogueurs « selon la nature de leur attache aux contenus publié ».
Il est à noter que la plupart de blogs ne rentrent pas totalement dans une de ces catégories, mais présentent des caractéristiques « composites et peuvent être identifiés dans plusieurs des configurations proposées ».

Conclusion :
Nous l’avons vu à travers la classification de Dan Morrill et les différentes modélisations, l’apparition des blogs à fait apparaître une nouvelle sorte d’espace public avec des relations inédites entre l’animateur du blog et son public. Un blog est une alchimie entre différents éléments qui doivent s’équilibrer pour susciter des liens sociaux à la fois interpersonnels et publics. De plus, l’audience va être impactée par cette relation entre le blogueur et son contenu et la place qu’occupe l’identité de son auteur au sein du contenu.

Bibliographie
-D. Morrill. Case studies of the blogging industry, [En ligne].
Adresse URL: www.techwag.com/wp-content/uploads/2009/00/BoomAndBustInTheBlogosphere.pdf
- D. Cardon et H. Delaunay. La production de soi comme technique relationnelle.
Un essai de typologie des blogs par leurs publics [En ligne]. Adresse URL:
http://www.unige.ch/ses/socio/pdrs/programme/20072008/collectifsmorges/
CardonBlogs.pdf
- M. Gensollen. Économie non-rivale et communautés d’information [En ligne].
Adresse URL: http://www.gensollen.net/CarryleRouet_040519.pdf
- C. Ashley. Weblogging : Another Kind of Website [En ligne]. Adresse URL:
http://iu.berkeley.edu/ca/weblogging

 


2 commentaires:

  1. Pas mal l'article. Mais ça manque de liens vers mon site... ;)

    RépondreSupprimer